vendredi 8 juin 2018

Dominique Martinie rend son costume de président de la Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes : « J’arrête la même année que Rougerie... »

Son dernier costume de président, Dominique Martinie l’a offert à une entreprise solidaire. © document redactionnel
Figure du monde économique auvergnat, Dominique Martinie a rendu son costume de président de banque. Une ultime étape publique d’une carrière professionnelle ponctuée d’étapes singulières. 

L'image restera. Il y a quelques jours, lors de la remise des trophées Initiatives de la Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes, Dominique Martinie a, sur la scène du Cosmo, à Clermont-Ferrand, offert un de ses costumes à l'association lauréate, « La cravate solidaire », une structure dont l'objectif est de collecter, en entreprise ou auprès des particuliers, des tenues professionnelles pour hommes et femmes. « Parce que, désormais, de ce costume, je n'aurai, personnellement, plus utilité, et parce que je pense qu'il peut servir à un autre… »
 
Un geste, applaudi par la salle emplie d'administrateurs, en forme de symbole pour celui qui, ce soir-là, rendait également son mandat de président de Banque. Avant d'abandonner, quelques jours plus tard, ses responsabilités de président de la Fédération nationale des Banques Populaires.
 
 
À 70 ans, Dominique Martinie tourne une page de sa vie professionnelle : « Je pars en même temps qu'Aurélien Rougerie… et que François Perol », le président du directoire national de la Banque.
 
Le regard malicieux, le bon mot toujours prêt à fuser, ce chef d'entreprise atypique a marqué la vie économique de sa région. Comme l'illustre, en quelques séquences choisies, et quelques autres costumes différents, son parcours de vie, entre Corrèze, Auvergne, Singapour et Brazzaville.
 
« J'ai été gâté, j'ai eu de bonnes fées et fait de belles rencontres ». Dominique Martinie
 (empty)
La vie professionnelle ?
 
« La vie a été sympathique avec moi, j'ai essayé d'en faire profiter les autres », rappelle ce natif de Corrèze (Meyrignac-l'Eglise), ancien lycéen à Cabanis (Brive-la-Gaillarde), diplômé de l'École supérieure de commerce (Clermont-Ferrand), homme de finances et de gestion, qui a eu trois étapes professionnelles marquantes : le groupe Chibret, aux côtés, initialement, de Jean Chibret ; l'entreprise Luminox (Riom) avec laquelle il a notamment remporté le marché de l'éclairage du tunnel sous la Manche et, pendant près de quinze ans, la Banque Populaire. « J'ai été gâté, j'ai eu de bonnes fées et fait de belles rencontres ».
 
Il est toujours, aujourd'hui, vice-président du conseil de surveillance du groupe Théa-Chibret.
 
La banque ?
 
Sa première rencontre avec la Banque Pop, Dominique Martinie l'a faite en 1984. Cette année-là, « la même qu'Isidore Fartaria », il reçoit un prix pour l'aider à reprendre l'entreprise Luminox. Un coup de pouce qui lui permettra le succès et qu'il n'oubliera pas. « Je crois fondamentalement aux valeurs du mutualisme. Ici, c'est l'argent des Auvergnats qui finance l'Auvergne. Je le dis souvent, jamais notre Banque ne risquera à Singapour, les économies collectées à Saint-Flour… ».
 
Avec une religion, le rugby, et, selon lui, « une absence totale de classe sociale qui en fait sa richesse humaine ». « Il y a ici toujours quelqu'un qui connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui peut aider son prochain ».
 
« Je peux aller n'importe où, j'ai une proximité naturelle avec les gens, des plus humbles aux plus impliqués dans la société ».  Dominique Martinie
 (empty)
Les distinctions ?
 
De reconnaissances par ses pairs, Dominique Martinie n'a pas manqué. Lui donnant parfois l'occasion de prises de paroles singulières (les annales de sa vie de banquier se souviennent de son « discours de Brazzaville » en qualité de président de la Banque du Congo…), des distinctions rares (Consul général de Grande-Bretagne pour avoir pris une part active dans le rapprochement entre la France et le Royaume-Uni) et des rencontres exceptionnelles notamment lors de sa remise, en 2016, de la cravate de commandeur de la Légion d'honneur dans les salons de l'Assemblée nationale par le président de l'époque, Claude Bartolone.
 
« Je peux aller n'importe où, j'ai une proximité naturelle avec les gens, des plus humbles aux plus impliqués dans la société, revendiquant au passage une amitié solide et fidèle aussi bien avec Brice Hortefeux qu'avec Michel Charasse ».
 
Et maintenant ?
 
Son souhait est de continuer à « être utile et, si possible, à rendre service ». Ce passionné d'histoire, amoureux de poésie auvergnate façon Henri Pourrat, n'exclut pas de se mettre à l'écriture pour publier son « Dictionnaire amoureux de l'Auvergne ». Au vu des premières lignes et des images fleuries qui l'accompagnent, ce projet s'annonce comme le personnage : iconoclaste et atypique. L'autre projet est musical : monter l'opérette d'Offenbach, La Rose de Saint-Flour, qui raconte les amours de Pierrette, Marcachu et Chapaillou.
 
« Offenbach y faisait chuinter les Auvergnats et c'est à cause de cela qu'on leur a attribué cette réputation »… Un projet loin de l'univers musical de la harpiste Marielle Nordmann qui lui a offert un concert d'exception lors de sa dernière assemblée générale. Et plus proche de Jean Segurel et ses « Bruyères corréziennes », l'hymne des Monédières qu'il affectionne tout particulièrement. Comme si, son costume de président rangé au vestiaire, Dominique Martinie allait, lui aussi, revenir aux origines.
 
« L’ASM pour le cœur, le CAB pour les racines, le Racing pour l’amitié »


Raillé pour ses écharpes tantôt jaune et bleu, parfois ciel et blanc, et quelques fois noir et blanc, Dominique Martinie assume supporter, dans une même saison, des couleurs différentes : « Je fais mien ce résumé : pour moi le rugby, c’est l’ASM pour le cœur, le CAB pour les racines, le Racing 92 pour l’amitié avec Jacky Lorenzetti »… Le rugby, ses matches, ses avants et ses après-matchs, ponctués, les bonnes années, par des crochets conviviaux à la Saint-Cochon de Besse, ont toujours été une occasion de rassembler les gens.
 
Olivier Bonnichon - Publié le 07/06/2018 - www.lamontagne.fr

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire