jeudi 24 mai 2018

La carte bancaire : l'apogée avant l'extinction ?

Les spécialistes s'interrogent régulièrement sur le devenir de l'argent liquide et des bons vieux chéquiers. Mais, la carte bancaire ne pourrait-elle pas les précéder dans leur disparition ? Bien que jamais autant utilisée, partout les graines de son extinction germent. Retour sur un paradoxe.


L’usage en hausse constante de la carte bancaire
 
L’utilisation de la carte bancaire continue de progresser depuis le tournant du millénaire. Le groupe CB indique même que, depuis 2001, le nombre de paiement par carte bancaire a dépassé celui effectué par chèque. En 2016, ce sont près de 66,5 millions de cartes bancaires qui étaient en circulation en France pour 10,6 milliards d’opérations. La carte bancaire représente la moitié des paiements en volume dans l’hexagone, devant les prélèvements (18 %), les virements (18 %) ou les chèques (13 %).
 
Loin de s’essouffler, les vents porteurs sont renforcés par de constantes innovations techniques, technologiques et réglementaires. La carte bancaire profite aussi d’une concurrence accrue qui souhaite bonifier l’expérience utilisateur (gain de temps, praticité). Désormais, les banques traditionnelles n’ont plus le monopole. Les banques en ligne, les banques mobiles, les Fintech et même les acteurs non bancaires s’invitent sur ce segment, pour les particuliers comme pour les professionnels. La carte bancaire reste omniprésente dans les chiffres, parfaitement sécurisée (taux de fraude de 0,037 % en 2016), et plébiscitée par l’Union européenne comme l’atteste le plafonnement des commissions d’interchange de paiement établi à 0,3 % du montant, ce qui favorise les petits paiements chez les commerçants.
 
Fin de la carte bancaire ? Les alternatives et l'expérience utilisateur
 
Pourtant, les plus belles années de la carte bancaire pourraient être derrière elle, interrogeant même son devenir. Pour Sia Partners, deux alternatives risquent de la rendre obsolète. Certaines innovations s’attaquent d’abord à la nature même de la carte bancaire. Outre les cas du paiement biométrique et de la monnaie électronique, le virement instantané est une solution déjà proposée par le groupe BPCE depuis le 25 avril dernier. Tous les feux sont au vert pour que le virement instantané séduise les clients : paiement en temps réel de pair-à-pair ou par smartphone, démocratisation du paiement mobile par le biais d’un simple numéro de téléphone, entrée en vigueur de la DSP2.
 
Enfin, d’autres alternatives à la carte bancaire s’attaquent au support matériel (puce et codes d’identification) : e-commerce (Paypal), application mobile (Paylib, Lydia, etc.), Selfie Pay (MasterCard) et paiement par objets connectés (montres, lunettes, porte-clés, etc.). Les banques sont forcément attentives à ce qui constitue pour elles une manne d’argent substantielle. En 2015, la part des commissions totales, dont une proportion importante est issue des activités monétiques, avoisinait 40 % du produit net bancaire de l’activité de banque de détail en France. De là à sauver le soldat rémunérateur de carte bancaire…il n'est pas évident que la concurrence et les innovations leur laissent le choix.
 
Article rédigé par Olivier B. - le  - www.banques-en-ligne.fr
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire