samedi 11 novembre 2017

Metz : bientôt un centre de développement digital de la Banque Populaire et de la Caisse d’Epargne

Le groupe bancaire BPCE va installer une "usine digitale" où une vingtaine de développeurs vont imaginer les applications destinées aux salariés des banques du groupe français.

Dominique Wein (Banque Populaire Alsace-Lorraine-Champagne), Yves Tyrode (BPCE) et Benoit Mercier (Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne-Ardenne). (©Audrey Krommenacker/ BPALC)
 Le groupe BPCE (Caisse d’Epargne, Banque Populaire, Natixys, Crédit Foncier…) a annoncé mardi 7 novembre l’installation d’un centre de développement digital à Metz (Moselle) d’ici la fin décembre.
 
Ce centre de développement sera installé au cœur de TCRM Blida, une pépinière de start-ups qui a le vent en poupe. « Il comprendra une vingtaine de développeurs qui vont imaginer et créer les applications à destination de tous le collaborateurs du groupe BPCE » explique Yves Tyrode, directeur général du digital. « Dans 2 ans, vous nous verrez comme des grands de l’Internet » prédit l’ancien responsable du numérique de la SNCF. Lui qui doit concrétiser l’accélération de la mise en œuvre de la stratégie digitale du groupe voyage de ville en ville pour annoncer l’installation de centres de ce type qui font la fierté des grandes métropoles. 

Une vingtaine de développeurs à Metz
 
Une « usine digitale » BPCE baptisée « Center 89C3 » existe déjà à Paris et la prochaine est prévue à Toulouse. « Nous allons nous installer dans plusieurs grandes villes en région. C’est mieux qu’un grand centre à Paris avec 2 000 collaborateurs. Ce projet irrigue les territoires » se réjouit le responsable de BPCE. Pour Metz, ce sont des collaborateurs de la Banque Populaire Alsace-Lorraine-Champagne et de la Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne-Ardenne qui vont débarquer. 
" Ici à Metz, il y a des talents, c’est sûr. On croit à Blida, on croit à ce qui se passe ici "
Pour le directeur général de la Banque Populaire Alsace-Lorraine-Champagne, Dominique Wein, « c’est ici que va s’écrire l’avenir numérique de notre banque ». « On a décidé de ce projet il y a un an, ça c’est fait très vite. C’est un projet modulaire qui s’intègre dans un univers différent. Il reste tout à inventer » estime le responsable bancaire.

Faciliter la relation avec les startups 
 
Le groupe BPCE a aussi récemment développé un concept : le « Startup PASS » qui vise à « simplifier la relation entre le Groupe BPCE et les startups en accélérant le démarrage de la phase opérationnelle » des contrats de fourniture en tout genre (remboursement de notes de frais, applications, gestion des comptes en ligne…. ». « Nous voulons travailler de plus en plus avec les start-up et notre service achat doit simplifier les démarches et les relations. On ne travaille pas de la même manière avec une petite structure et avec un grand groupe. C’est souvent difficile pour les start-up du numérique de travailler avec des grands comme nous » concède Yves Tyrode, directeur général du digital.
 
Les nombreuses start-up présentes à TCRM Blida espèrent bien travailler avec le groupe BPCE déjà très présent dans cette pépinière. « Nous sommes l’un des mécènes de Blida, on y a cru dès le départ » rappelle Benoit Mercier qui dirige la Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne-Ardenne. 
 
Publié le 8 Nov 17 à 18:24 - actu.fr/grand-est/

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire