vendredi 23 juin 2017

La nécessaire (r)évolution du secteur bancaire

Depuis quelques années maintenant, les banques traversent une vague de transformation sans précédent, portée par l’arrivée des technologies innovantes et les nouveaux comportements de la génération Y. Accéder à ses services bancaires depuis son smartphone, de manière simple et intuitive est aujourd’hui une prérogative pour les millennials.
 
Une tendance que les banques auraient tort de négliger, car l'impact business de la digitalisation des services financiers sera considérable. Le cabinet de conseil McKinsey estime que les établissements leaders de la transformation digitale généreront des marges entre 35 % et 40 % supérieures à celles générées par des banques qui n'investissent pas dans le digital. Des services numériques associés à la digitalisation à 100 %, l'ADN numérique doit aujourd'hui être le fer de lance des banques. D'ailleurs, IDC estime à plus de 310 milliards de dollars l'augmentation des dépenses informatiques des institutions financières mondiales d'ici 2019.
 
L'ADN numérique doit aujourd'hui être le fer de lance des banques
 
Nombres de grands groupes du secteur bancaire annonce dans les prochaines semaines et mois le lancement de leur banque mobile ou dite 100 % digitale. Même l'opérateur français historique rentrera dans la course de la banque en ligne en juillet prochain. Et c'est sans compter sur les néo-banques européennes que l'on a vu fleurir ces dernières années. Si en France, les banques digitales ne sont pas une nouveauté en soi, le marché est en pleine mutation et de banques en ligne, nous basculons désormais sur des établissements 100 % digitaux.
 
Aujourd'hui, les banques doivent proposer des services innovants. Elles cherchent à fournir des expériences numériques inoubliables grâce à la personnalisation des contenus, des offres ou de la tarification, le tout en fonction du contexte client. Ceci s'accompagne d'une "consumérisation de l'IT" qui exige une qualité de services comparables à ceux fournis par les GAFA.
 
La nécessaire numérisation des processus et des ressources
 
Dans cette course à la digitalisation, les responsables informatiques vont devoir faire face à des enjeux majeurs tels que la sécurité des informations, la robustesse des systèmes de plus en plus complexes et hétérogènes, ou la scalabilité, le tout en respectant les objectifs de maîtrise de l'efficacité de l'ensemble.
Au-delà des problématiques techniques, ces nouvelles banques doivent centrer leurs efforts sur les besoins qu'ont leurs clients au quotidien. Dans la mesure où les établissements bancaires font le choix du digital, il est impératif pour eux de déployer des stratégies multicanaux qui intègrent agences, centres d'appel en passant du web, au mobile et autres devices et y compris l'IoT pour les plus innovantes.
 
En effet, l'approche multicanal permettra aux leaders technologiques de capitaliser sur l'ensemble des informations qu'un prospect et/ou un client génère sur le passage de ses transactions et interactions digitales, afin de customiser les messages marketing au contexte de vie pertinent et proposer le bon produit au bon prix. Les investissements requis pour bâtir des systèmes CRM capables d'automatiser les processus marketing peuvent être très importants, mais le jeu en vaut la chandelle, car sans ces investissements, l'efficacité des campagnes marketing tendra rapidement vers zéro.
 
Une approche bimodale
 
Face à ces défis, les banques doivent s'adapter aux nouvelles façons de conduire les affaires au risque d'être dépassées par leurs concurrents numériques. Les services IT jouent un rôle prédominant pour appuyer les efforts de transformation entrepris par les directions générales, et doivent notamment focaliser leurs efforts sur deux domaines prépondérants : la continuité des opérations et la vitesse de développement de nouveaux services digitaux. L'informatique doit d'abord assurer le maintien des niveaux de performance des systèmes existants. Ensuite, l'IT doit accompagner les métiers pour s'adapter facilement aux changements, via la conception et le développement (rapide et efficace) des applications intelligentes, des robots de production qui automatisent les processus, des capacités analytiques qui permettent de voir plus loin et mieux.
 
Malgré une approche segmentée, "l'IT Legacy" continue d'apporter une valeur inestimable à l'entreprise, que le nouvel "IT d'innovation" doit chercher à valoriser et à compléter. Au-delà de sa richesse en data, le Legacy fait preuve d'une maîtrise des processus industriels que l'IT d'innovation ne peut pas avoir ! C'est la raison pour laquelle il est intéressant d'expérimenter dans des laboratoires innovants, mais de transférer les projets qui ont fait leurs preuves à l'IT industriel pour les optimiser en termes de coûts, de délais et de qualité !
 
Vladimir Dragic, BMC Software / Value Engineer, BMC Software
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire